sciences po urbanisme

   Cycle d'urbanisme

Accueil > LE MASTER > Promotions > Promotion 2015 - 2016 > Architectes et paysagistes

     

Architectes et paysagistes

JPEG - 32.1 ko

Léa Assouline
Paysagiste - ENSP Versailles

"Au cours des quatre années effectuées à l’Ecole Nationale Supérieure du Paysage
de Versailles, j’ai peu à peu appréhendé les problématiques dynamiques et de planifi
cation territoriale aux échelles de la ville et du territoire. Un double Erasmus (programme
EMILA) m’a permis de découvrir les villes d’Amsterdam et de Barcelone,
chacune issues de modèles urbains très spécifi ques. J’ai ensuite participé aux ACU et
aie ainsi pu travailler en étroite collaboration avec des architectes et des urbanistes.
J’ai également travaillé en équipe sur un Atelier Pédagogique Régional commandé par la Communauté d’Agglomération du Grand Avignon ainsi que la région PACA. Nous y avons effectué un diagnostic sur la question de l’attractivité du territoire et du tourisme. En parallèle, j’ai fait mon projet de diplôme autour de la ville d’Arles en croisant les enjeux de l’eau et du lien spatial et social. J’ai souhaité intégrer le Cycle afin de comprendre les processus décisionnels en amont, avoir un regard aiguisé sur les jeux d’acteurs (notamment en travaillant avec des étudiants issus de parcours différents tels que les sciences politiques, le droit ou la géographie)et comprendre comment se monte un projet, y compris financièrement".


JPEG - 28.2 ko

Camille Bourguignon
Architecte- ENSA Paris Val de Seine

"Une année d’études en géographie à l’université Paris 1 Panthéon Sorbonne suivie de cinq années à l’ENSAPVS où j’ai obtenu mon diplôme d’Etat d’architecte m’ont progressivement ouverte à des questionnements passionnants sur les enjeux pluridisciplinaires des thématiques urbaines. J’ai dédié ma dernière année d’études en architecture à l’exploration de certaines de ces thématiques, notamment en travaillant en groupe pour un projet d’aménagement de la ZAC de la Plaine de l’Ourcq à Noisy-Le-Sec (93), qui a pu être présenté au maire actuel de la ville. Le territoire de cette commune a également été le support de mon projet de fin d’études et de mon mémoire. Ce dernier interroge les potentiels de transformations urbaines sur le territoire de Noisy-Le-Sec - et plus généralement en métropole parisienne - en tenant compte du grand nombre d’infrastructures de transports présentes sur le territoire et de leur emprise géographique conséquente. En parallèle, j’ai pu me mettre au fait des enjeux centraux du développement durable qui impactent le processus actuel de fabrique de la ville de demain. Ainsi, j’ai choisi de placer le fait urbain au cœur de mon projet professionnel. J’envisage avec enthousiasme une spécialisation dans le domaine de la maîtrise d’ouvrage avec le désir de pouvoir collaborer dans un futur proche avec des acteurs évoluant, entre autre, au sein de collectivités territoriales, SEM, EPF et EPA.
En intégrant le Cycle d’urbanisme de l’Ecole urbaine de Sciences Po, j’ai la chance de pouvoir participer à une dynamique d’échange et d’apprentissage forte entre étudiants et professeurs d’origines très diversifiées. Enfin, l’enseignement du Cycle mêle des notions théoriques fines à des aspects pratiques très concrets par l’intervention d’un grand nombre de professionnels, ce qui constitue un tremplin solide pour l’insertion dans la vie active".

JPEG - 16.3 ko

Maud Chevet
Architecte - ENSA Paris Belleville

"Architecte diplômée de l’école de Paris Belleville depuis 2005, j’ai le désir après dix ans d’expériences professionnelles diversifiées, d’élargir mes compétences et d’approfondir les questions urbaines et d’habitat.
Lors de mon cursus de formation initiale mes choix pédagogiques ont été dictés par un intérêt pour les thématiques urbaines et les sciences sociales. Notamment au sein des studios de projet, à travers mon mémoire sur le quartier Tamoul de Paris, puis mon diplôme traitant de la requalification du plateau des Capucins à Brest ainsi que ma participation à un workshop sur les camps de réfugiés en Palestine.
Ma pratique professionnelle au sein d’agences aux discours et philosophies engagées m’a permis de comprendre les enjeux sociaux et économiques du projet et de mettre en application une variété large de responsabilités tant en phase de conception, études et concours qu’en suivi de chantier, gestion de budgets et appels d’offres.
(Agence Constuire, Patrick Bouchain ; Lacaton et Vassal)
La variété de programmes sur lesquels j’ai pu travailler m’a donné une vision constructive très concrète des éléments constitutifs d’un ensemble urbain.
D’autre part, déjà exercée dans mon métier au travail de gestion et de synthèse avec des acteurs variés, notamment via le suivi de chantier, l’aspect pluridisciplinaire de la la pratique de l’urbanisme en général me paraît essentiel et particulièrement intéressant.
Au fond je suis attirée par la richesse, la transversalité des questionnements urbains, soucieuse de faire face à la complexité des modes de productions et des politiques conduisant à la genèse du projet, et concernée par l’aspect social et politique de ma profession d’architecte."

JPEG - 27.7 ko

Yann-kévin Creff
Architecte - ENSA Paris Val de Seine

"Diplômé de l’Ecole Supérieure d’Architecture de Paris Val de Seine en 2014, mon intérêt pour l’urbanisme s’est affirmé lors d’un workshop de rénovation urbaine à l’université de Nagoya. Cette expérience m’a donné envie d’explorer les enjeux de la ville japonaise à travers mon projet de fin d’études portant sur le renouvellement d’un quartier central de la ville de Sendai. Les échanges avec le service d’urbanisme de la mairie m’ont permis de développer une stratégie urbaine influencée par les pratiques locales de l’aménagement.
J’ai choisi de poursuivre ma formation d’architecte par une année d’habilitation à la maîtrise d’œuvre (HMONP) afin de comprendre le processus de projet au-delà de ses aspects strictement architecturaux. Mon expérience chez Wilmotte&Associés m’a ainsi confronté à une pratique pluridisciplinaire de l’architecture, en prise directe avec les enjeux du développement urbain. Le travail en marchés privés m’a sensibilisé aux dimensions économiques, politiques et stratégiques du projet, notamment lors de grandes opérations d’aménagement (concours pour le développement de la gare Grand Paris Express de Créteil l’Échat avec Eiffage immobilier).
Le cycle d’urbanisme correspond à ma volonté de comprendre les logiques opérationnelles et de travailler avec des professionnels aux parcours diversifiés au sein d’une formation pluridisciplinaire et tournée vers l’action".

JPEG - 21.1 ko

Robin Drosson
Architecte - ENSA Paris Belleville

"Suite à l’obtention de mon diplôme d’Architecte d’Etat, puis à l’exercice de la maitrise d’œuvre au sein d’une agence d’architecture pendant près de deux ans, je désirais compléter ma formation en la réorientant vers le domaine de l’urbanisme afin d’élargir mes compétences et mes potentiels champs d’intervention. Tout au long de mon cursus, j’ai développé un intérêt certain pour l’urbanisme, que ce soit par le biais de travaux et études réalisés dans le cadre de mes études, ou bien de mes expériences professionnelles.
Etant profondément convaincu des liens étroits qui existent entre le projet d’architecture ou d’urbanisme, et les volets décisionnels, politiques, économiques, juridiques et sociaux qu’il engage, j’ai naturellement souhaité rejoindre le Cycle Urbanisme de l’Ecole Urbaine de Sciences Po car il m’apparaissait particulièrement complémentaire vis à vis de ma formation originelle. Via ce Cycle, je pense pouvoir acquérir des connaissances et méthodes qui me permettront d’intégrer des phases se trouvant plus « en amont » que celles qu’occupe généralement l’architecte/urbaniste maitre d’œuvre. Je ressens en effet le besoin de prendre part à la création et la formulation d’opérations d’aménagement territorial en devenir, ainsi qu’à la définition des enjeux qui s’y rapportent, plutôt que d’être strictement limité à la résolution et à la formalisation de ces questions".

JPEG - 28.2 ko

Boris Fillon
Architecte - ENSA Paris la Villette

"Diplômé de l’École d’Architecture de Paris La Villette en juillet 2014 avec les Félicitations du Jury, mon diplôme - réalisé en équipe avec Pierre D’Argy - portait sur Dunkerque. Comment donner un second souffle à cette ville de second rang à la démographie déclinante en s’appuyant sur les potentiels locaux ? Ce projet de diplôme n’est que l’un des éléments qui m’ont peu à peu conduits à me tourner vers l’urbain, l’architecture devant pour moi s’inscrire dans un contexte plus large et répondre à des enjeux toujours plus complexes. Une année d’échange universitaire à l’Universität der Künste de Berlin m’avait notamment déjà ouvert aux expérimentations urbaines et à l’incroyable richesse des villes en terme d’innovations sociétales, ce qui m’avait conduit à rédiger un mémoire de fin d’étude sur la thématique de l’appropriation de l’espace urbain - « À Nous La Ville ! ». Par ailleurs, un workshop à Chengdu (Sichuan, Chine) m’a permis de m’intéresser de manière plus spécifique à la question des infrastructures urbaines.
Enfin, une année d’expérience en agence dans le cadre de mon habilitation à la maîtrise d’œuvre en son nom propre (HMONP) m’a permis de questionner l’efficience des moyens d’actions des agences d’architecture pour faire la ville. Ainsi, le Master d’Urbanisme de l’École Urbaine de Sciences Po devrait me permettre de prendre la mesure des jeux d’acteurs au sein des enjeux urbains d’aujourd’hui et de demain afin d’être capable de penser leur pertinence et leurs possibles évolutions".

JPEG - 21.7 ko

Jules Gallissian
Architecte - Delft University of Technology

"Depuis mes débuts en architecture jusqu’à mon projet de diplôme, j’ai mené une recherche constamment articulée autour du rapport entre l’architecture et la formation des villes. Diplômé de la Delft University of Technology avec mention d’honneur, j’ai commencé mes études d’architecture en France, et plus particulièrement à l’ENSA de la Ville & des Territoires à Marne-la-Vallée. J’y ai étudié deux ans, pendant lesquels j’ai approché l’architecture non pas comme la production d’un objet isolé mais comme relevant du processus de transformation de la ville. Nourri par cette réflexion et par un désir d’approfondissement, je suis parti à l’Istituto Universitario di Architettura di Venezia dans le cadre de ma dernière année de licence pour y suivre le master Architettura e Città, où composition urbaine, architecturale, technologie et projet structurel forment un ensemble cohérent et continue au travers des échelles. Enfin, les importants travaux réalisés autour de la ville et de l’architecture aux Pays-Bas m’ont poussé à y poursuivre ma recherche d’une architecture appliquée, catalyseur des transformations urbaines. A la TU Delft, j’ai pu travailler sur des problématiques à la fois urbaines, architecturales et énergetiques à travers la conception de projets à Hong-Kong, Istanbul et Addis-Abeba (diplôme), ainsi qu’en participant au Solar Decathlon 2014.
Cependant, bien que l’architecte possède un panel d’outils de réflexion qui en fait un acteur prédisposé aux questions urbaines, il ne peut répondre seul aux problématiques complexes générées par la ville de demain. La mise en commun des connaissances, le dialogue et la compréhension de tous les acteurs me semblent représenter la condition sine qua non à la formulation de réponses pertinentes quant au devenir de la ville. Ainsi, par son approche pluridisciplinaire et transversale, le Cylce d’urbanisme représente pour moi la meilleure des formations".

JPEG - 27 ko

Alix Isabelle Gastineau
Architecte - ENSA Paris Val de Seine

"Diplômée de l’ENSA Paris Val de Seine en 2014 et en cours d’Habilitation à maîtrise d’œuvre à l’ENSA Paris la Villette, j’ai pu bénéficier d’un enseignement riche et varié, qui m’a rapidement convaincue de la complémentarité des deux sciences que sont l’architecture et l’urbanisme. Très vite intéressée et sensible à cette approche plus large, je me suis attachée, tout au long de mon cursus, à attribuer à ces études préliminaires une part presque prépondérante dans mes réflexions.
De nombreux projets urbains (la restructuration de la ceinture verte de l’Est parisien, la requalification de la zone industrielle des Ardoines, puis de la friche industrielle de Paris Bercy - qui a fait l’objet de mon Projet de Fin d’Études -) ou encore l’approche plus théorique de la notion de trace, développée dans mon mémoire de master, illustrent à ce propos des thèmes récurrents dans mon travail : la limite, les déplacements, et la mémoire. Ces outils, issus d’analyses, de lectures et d’expériences, correspondent, entre autres, selon moi, assez justement aux grandes problématiques d’aujourd’hui : où et comment définir les limites des grandes métropoles à travers les infrastructures de transports, qui incarnent une vraie dynamique de mutation urbaine et sociale ? Comment retranscrire une nouvelle vision de la ville sur un lieu obsolète sans en bouleverser l’assise identitaire ? Quels compromis urbanistiques peut-on développer pour rendre naturel, sans l’imposer, le vivre ensemble d’un monde qui se communautarise, s’individualise ?
Des questions, parmi tant d’autres, qu’il me paraît essentiel d’aborder avant toute chose, et qui touchent directement à l’éthique de notre discipline. J’appréhende en ce sens l’urbanisme comme un moyen de légitimer notre travail d’architecte. Ce dernier semble finalement résulter de longs processus d’identification de systèmes décisionnels complexes, et de contextes socioculturels et urbains, processus nécessaires et qui se veulent précis.
Le Cycle d’Urbanisme incarne à ce propos une formation d’excellence, qui m’assurera d’acquérir une réelle expertise technique et concrète pour savoir observer précisément des contextes donnés, maîtriser rigoureusement et appliquer les outils de l’aménagement, afin d’exercer pleinement ma profession, de façon ouverte et réfléchie".

JPEG - 27.5 ko

Simon Henry
Architecte - ENSA Nantes

"Tout au long de mon cursus à l’Ecole Nationale Supérieure d’Architecture de Nantes, j’ai pu aborder la question de la ville sous plusieurs angles et à de multiples occasions, tant par des enseignements théoriques que par la pratique du projet, en abordant des questions relevant à la fois de l’architecture, de l’aménagement, des sciences sociales ou encore du paysage. Ce croisement de disciplines et d’échelles a forgé mon envie de me diriger vers l’urbanisme, que j’envisage comme une profession transversale, à la croisée de multiples champs théoriques et pratiques.
Particulièrement intéressé par le rôle de l’habitant dans les processus de fabrication et de transformation de la ville, j’ai pu alimenter ce questionnement lors d’un séjour de 18 mois à Berlin, ville dans laquelle de nombreuses expériences ont lieu sur le sujet, en échange Erasmus d’abord, puis en stage auprès de S.T.E.R.N., une agence d’urbanisme qui mène des projets de renouvellement urbain participatifs.
C’est avec le désir de mieux appréhender les enjeux (politiques, sociaux, économiques) qui fondent le projet urbain, et la volonté de participer activement aux transformations de la ville que j’intègre le cycle d’urbanisme, attiré par sa dimension pluri-disciplinaire, ses relations avec le monde professionnel et son orientation opérationnelle. Je suis convaincu qu’il sera un complément indispensable à ma formation d’architecte, ainsi qu’un atout de taille dans la construction de mon parcours professionnel, que j’envisage orienté vers le projet urbain".

JPEG - 28 ko

Helena Hiriart
Architecte - ENSA Bordeaux

"Diplômée de l’école d’architecture de Bordeaux et après 3 ans d’expérience en agences d’architecture, j’ai souhaité approfondir mes connaissances en matière d’urbanisme et d’aménagement du territoire en intégrant le cycle d’Urbanisme de Science Po.
Durant ma formation à l’école d’architecture, mais aussi au cours des stages et expériences professionnelles j’ai travaillé sur des problématiques urbaines au travers d’études et de projets liés aux questions de développement et renouvellement des villes.
Si l’urbanisme m’a intéressé dès le début de mes études, c’est que cette discipline dépasse l’échelle de l’architecture pour intégrer des problématiques plus vastes, au croisement de plusieurs domaines. L’urbanisme est ainsi ancré dans un contexte politique, économique, juridique et technique bien réel.
Avant d’intégrer le cycle j’ai travaillé une année dans l’agence OMA, Office for Metropolitan Architecture, à Rotterdam. J’ai également participé au travail mené par le laboratoire de recherche AMO. J’ai ensuite collaboré au sein de l’agence Projectiles, où j’ai poursuivi mon travail de recherche notamment au travers de plusieurs expositions.
Je souhaite dans mon exercice futur participer pleinement au processus décisionnel. Je ne veux pas me contenter en tant qu’architecte, de concevoir des projets dont les enjeux sont déjà définis en amont. Je voudrais désormais faire partie intégrante des réflexions, de la recherche et de la prise de décisions qui façonnent la ville et le territoire".

JPEG - 21.1 ko

Béatrice Lacombe
Architecte - ENSA Paris la Villette

"Diplômée de l’Ecole Nationale Supérieure d’Architecture de Paris La Villette en juillet 2014 avec la mention recherche, je me suis, dès ma troisième année de licence, vivement intéressée à la question de la fabrication de la ville. Ma première année de master, effectuée à l’Université de Montréal en Architecture du paysage, m’a permis de développer un autre regard sur ce sujet et de me confronter aux notions d’écologie urbaine, d’urbanisme et de paysage. Mon projet de fin d’études, réalisé à la suite d’un projet urbain situé dans le premier méandre de la Seine au nord de Paris, portait sur une problématique urbaine : la réhabilitation des quartiers sinistrés de grands ensembles au sud de Villeneuve-la-Garenne. J’ai pu mener, en parallèle de ce projet, un travail de recherche au sein du pôle Architecture, Projet Urbain et Société de l’ENSAPLV au terme duquel j’ai obtenu mon diplôme avec la mention recherche.
Plusieurs expériences en agences d’architecture et d’urbanisme de la région parisienne m’ont permis de participer à des projets d’échelles et de natures très différentes (scénographie, logement individuel et collectif, groupes scolaires, réhabilitation de cités ouvrières de l’est de la France) et j’ai pu, grâce à ces dernières, me familiariser avec les nombreux acteurs agissant dans les domaines architectural et urbain. Ces expériences m’ont également confortée dans ma volonté d’étudier plus amplement l’urbanisme afin d’avoir une double pratique professionnelle et de saisir au mieux les dynamiques complexes qui animent la ville et le territoire.
La pluridisciplinarité ainsi que l’approche très complète de l’urbanisme proposée par le cycle, s’ancrant véritablement dans le monde professionnel, m’ont séduite. Plus que tout, le cycle m’est apparu comme le lieu idéal pour développer ma connaissance des pratiques opérationnelles et faire des rencontres enrichissantes".

JPEG - 21.4 ko

Ludovic Lamaire-Maringer
Architecte - ENSA - Institut Urbanisme de Lyon

"A la suite de mon diplôme d’architecte et dans l’optique de pratiquer en tant qu’architecte-urbaniste, j’ai intégré pour une année l’Institut d’Urbanisme de Lyon. J’y réalise que l’architecte est un maillon se trouvant au bout de la chaîne de production urbaine et architecturale, et comprends que les dynamiques en amont de son action sont indispensables à connaitre. En parallèle de ce cursus je pratique le métier d’architecte en concevant des logements et touche à l’enseignement dans les cours d’histoire de l’architecture à l’ENSA de Lyon.
Après un stage à l’agence Nicolas Michelin et associés où j’ai pu participer à de nombreux projets urbains, appliquant les méthodes de l’urbanisme négocié et du plan-guide, je décide de travailler afin de compléter mes expériences professionnelles. Je travaille alors dans une agence d’architecte-urbaniste où les aspects territoriaux, programmatiques et réglementaires - révision de PLU, mise en place et participation à des ateliers habitants et acteurs, plan-guide paysager et agricole, rénovation urbaine - ont complété ma palette de compétences urbanistiques.
De par ma compréhension des grandes échelles et des documents d’urbanisme, j’intègre ensuite une agence internationale d’architecture réalisant des concours à l’étranger pour des grands équipements publics avant de revenir chez Nicolas Michelin dans le cadre d’un concours pour la création d’un nouveau quartier de la connaissance et de la créativité. Souhaitant terminer mon cursus d’urbaniste et ne voyant plus la ville seulement comme le support de l’architecture mais comme faisant partie d’un ensemble bien plus complexe façonné par les dynamiques politiques, sociales, culturelles, énergétiques et économiques, j’intègre le cycle d’urbanisme de l’Ecole urbaine de Sciences Po afin de devenir un véritable acteur opérationnel de la réalisation concrète d’une ville globalisée et durable".

JPEG - 27.4 ko

Alix Loisier Dufour
Paysagiste - ENSP Versailles

"Après deux années à l’ENSA Paris-Malaquais, je me présente avec réussite au concours d’entrée de l’Ecole Nationale Supérieure du Paysage de Versailles pour intégrer une formation professionnalisante qui conjugue mes aspirations. La curiosité de l’étranger me conduit par la suite à une année Erasmus à la Technische Universität de Munich.
Le rapprochement avec les modes de développement allemands prend alors tout son sens. Le Freiraumplannung, le développement et la maitrise de l’expansion urbaine, la gouvernance des territoires et l’équilibre maitrisé des enjeux avec l’élaboration simultanée du Bebauungsplan et du Grünordnungsplan, qui n’ont pas d’équivalents en France.
Une anticipation conceptuelle réfléchie et débattue, qui permet de trouver un consensus fédérateur, et initiatrice d’une mise en œuvre efficace, le souci de la réalité ou le pragmatisme obligé. Les projets d’infrastructures et leurs incidences comme moteurs du développement. C’est le sujet de mon diplôme.
A la SNCF, Service Paysage et Maitrise de la Végétation, je fréquente les mécanismes de projet dans une grande institution. Chez Latitude Nord (études de paysage, d’urbanisme et maitrise d’œuvre) je travaille à différentes échelles : d’une stratégie sur plusieurs milliers d’hectares jusqu’au détail d’exécution dans une économie et une technicité maitrisée.
Ces quatre années de pratiques professionnelles particulièrement denses m’invitent à marquer une césure pour reprendre des études dirigées vers une vision plus vaste des composantes humaines, sociales, économiques, territoriales et politiques qui régissent l’aménagement.
A l’Ecole Urbaine de Sciences Po, au sein du Cycle d’Urbanisme, j’entends consolider mon socle de compétences afin d’intégrer par la suite une agence pluridisciplinaire de maitrise d’œuvre".

JPEG - 25.4 ko

Laetitia Pieri
Architecte - ENSA Paris Val de Seine

"J’ai pu intégrer une Ecole d’Architecture après un parcours en école d’Arts Appliqués, qui m’a permis de développer une culture artistique, mais surtout d’acquérir les outils nécessaires à la communication du projet et à son processus de construction. De l’Ecole Boulle à l’ENSA Paris Val-de-Seine les échelles d’études se sont démultipliées, mais leur complémentarité est toujours demeurée essentielle.
La réflexion sur l’urbain m’est apparue comme fondamentale, car elle est liée à un nombre de vies toujours plus important, et que les inégalités territoriales sont croissantes.
C’est pourquoi au cours du Master d’Architecture j’ai pu suivre des enseignements traitant des enjeux métropolitains et présenter un projet de fin d’étude mention recherche, sur le cas de la ville de Pantin. Ce projet allie recherche théorique et pratique du projet, en interrogeant les ruptures territoriales dessinées par le passage des réseaux.
J’intègre aujourd’hui le Cycle d’urbanisme après plusieurs mois passés en agence, qui n’ont que confirmé mon attrait pour cette discipline et cette formation. Le Cycle me permettra de travailler au sein d’une équipe pluridisciplinaire, et d’aborder sous un aspect opérationnel, les problématiques liées à cet espace fascinant qu’est la ville".

JPEG - 26.4 ko

Myriam Ruffa
Architecte - ENSA Paris la Villette

"Mon intérêt pour la ville et l’urbanisme s’est développé progressivement au cours de mes études à l’Ecole d’Architecture de Paris-La-Villette. Diplômée en 2012, j’y ai suivi un parcours dont les lignes directrices ont été l’analyse urbaine, le projet urbain, et le logement social.
A travers l’étude et l’élaboration de projets urbains à Saint-Denis et à Corbeil-Essonnes, j’ai acquis une vision de l’urbanisme propre à l’architecte. De là, mon projet de fin d’études a été porté par un engouement grandissant pour la ville et l’habitat.
Mon projet de fin d’études s’est inscrit dans un projet urbain de requalification des espaces délaissés à Corbeil-Essonnes. Ces derniers, situés entre tissu pavillonnaire et zone commerciale, participaient au clivage entre des espaces aux programmations sectorisées. Ce travail a été fondé sur la recherche de nouvelles typologies d’habitat intermédiaire ayant pour objectif de générer de nouvelles formes urbaines.
Mon intérêt pour la ville a été nourri par un semestre de master à l’université de Roma Tre à Rome, mais aussi par la visite de villes telles que Tokyo, Dakar, Hong Kong, Chicago et Barcelone.
Après avoir obtenu l’HMONP, j’ai acquis une expérience de 3 ans en agence d’architecture, notamment chez Jean et Aline Harari, pendant lesquels j’ai principalement travaillé sur des programmes de logements sociaux en région parisienne. Je souhaite aujourd’hui diversifier mon rapport à l’architecture et approfondir mes connaissances sur le jeu des acteurs et facteurs qui influent les projets urbains et architecturaux d’aujourd’hui, et ceux qui influeront ceux de demain. Mon objectif est de comprendre les mécanismes politiques, économiques et sociaux, qui conditionnent la construction de la ville. La fabrication de la ville est le résultat d’approches pluridisciplinaires qui, pour être maitrisées, nécessitent d’en appréhender les facettes".

JPEG - 30.5 ko

Amaranda Sanchez Castro
Architecte ITESM Mexico

Diplômée en Architecture en 2015 de L’ITESM (D.F., Mexico) dont une année d’échange à l’ENSAPLV (M1). Dès les premiers mois de ma formation j’ai commencé à voir le besoin de lier l’architecture avec son entourage. Les tissus urbains sont le réseau entre les différentes expressions d’architecture contemporaine et aussi avec les différents monuments, qui sont l’histoire de la ville. Ma cinquième année était focalisée sur un projet de régénération urbaine dans la ville du Mexico. Continuer mes études et me former comme une urbaniste est mon but en tant que professionnel et en tant que personne. Intervenir dans la ville, dans l’espace bâti mais aussi et surtout dans le non bâti est essentiel pour le bien être humain puisque c’est là où les enjeux sociaux prennent place, endroit sacré où différentes cultures, religions, modes de pensée s’entrelace le temps d’un instant. Être urbaniste est surtout le chemin pour me former comme un agent de régénération urbaine pour résoudre des problèmes sociopolitiques. Le Cycle d’Urbanisme de Sciences Po va me former comme urbaniste et aménageur qui va me situer dans un cadre d’emploi en France pour acquérir de l’expérience, soit dans le domaine public, ou le domaine privé et pouvoir appliquer et transmettre cette expérience au Mexique ou ailleurs.


JPEG - 28.8 ko

Xavier Seurre
Architecte - ENSA Paris Malaquais

"Si mon cursus à l’École Nationale Supérieure d’Architecture Paris-Malaquais a été pour moi l’occasion de développer un intérêt grandissant pour ce qui se passe en amont de la maîtrise d’œuvre et du projet d’architecture, il m’a fait prendre conscience que le portage politique et le pilotage technique, sont partie intégrante de la conception. D’un mémoire sur le rodoviárismo (une politique d’aménagement, économique et industrielle qui a façonné de manière durable la mégalopole qu’est São Paulo), à mon PFE sur une zone industrielle en déclin ; d’un stage en SEM (pour se familiariser avec la maîtrise d’ouvrage de projet urbain et au montage d’opérations complexes) à un Service Civique en association, à Clichy-sous-Bois qui organise des chantiers d’auto-réhabilitation (dans le cadre de Plans de sauvegarde, de chantier subventionnés par l’ANAH et de la Politique de la Ville), mon désir de mieux comprendre la fabrique de la ville et ses acteurs a toujours été un moteur. Enfin, plusieurs stages en agence de tailles diverses, en France et à l’étranger (Reykjavik, São Paulo) m’ont permis d’appréhender des réalités urbaines très différentes avec leur problématiques propres.
Parce que l’enseignement de l’urbanisme dans le cadre des études d’architecture se limite souvent à de la composition urbaine, survolant le contexte sociopolitique et le jeu des différents acteurs, et de ce fait, ne prépare ni aux débouchés ni à la complexité de ces métiers, le Cycle Urbanisme de Sciences Po Paris m’apparaît indispensable pour mener à bien mon projet d’orientation vers la maîtrise d’ouvrage urbaine."


JPEG - 22.6 ko

Suzanne Thibault
Paysagiste - ENSAP Lille

"Après avoir fait une licence d’architecture qui m’a ouvert la voie vers les pratiques spatiales urbaines et les théories de l’urbanisme, j’ai décidé de poursuivre mes études par un cursus de paysage à l’ENSAP Lille. Au cours de ces quatre années, les projets sont essentiellement des projets urbains, d’espaces publics urbains ou ruraux : ainsi mon attrait pour le projet urbain s’est développé. En participant à un concours sur l’habitat berrichon durable dans un village du PNR de la Brenne en parallèle de mon diplôme sur la question d’un patrimoine paysager en milieu rural, je me suis rendue compte de l’importance de l’urbanité, et incidemment de la ville. Cette aire de rayonnement semble aujourd’hui telle que, quel que soit le territoire d’action, il soit nécessaire de mieux saisir les mécanismes de transformation de la ville : sa forme, ses usages mais surtout les processus qui y amènent. J’ai souhaité intégrer le Cycle d’Urbanisme afin d’enrichir mes connaissances, pratiques et théoriques, notamment grâce aux multiples disciplines qui y sont abordées. Celles qui participent de la complexité de la ville et qu’il me semble important de connaître afin d’anticiper les villes et l’urbanité de demain".

JPEG - 22.4 ko

Florent Vidaling
Architecte - Ecole d’architecture Paris Val de Seine

"Architecte de formation, je me suis intéressé aux problématiques urbaines dès mon cursus à l’école d’architecture de Nantes. J’ai ainsi été diplômé en 2011 sur un projet articulant des visions territoriales, urbaines et architecturales autour de la création d’une ligne de transport en commun dans l’agglomération nantaise.
J’ai travaillé pendant deux ans au sein de l’agence BRS architectes à Paris où j’ai eu l’opportunité de participer à des projets portants aussi bien sur des échelles urbaines qu’architecturales, ce qui m’a amené à valider mon habilitation à exercer la maitrise d’œuvre (HMONP) à l’école d’architecture de Paris Val de Seine en 2012. Cette expérience professionnelle m’a permis d’acquérir une connaissance des problématiques urbaines en travaillant notamment sur une étude prospective pour la ville de Limoges, puis sur la mission de coordination architecturale et urbaine du secteur Paul Meurice, Porte des Lilas à Paris, ainsi que sur le deuxième acte du Grand Projet de Renouvellement Urbain du quartier Saint Blaise dans le 20ème arrondissement de Paris.
J’ai également intégré l’équipe de l’agence Zoom Arquitetura e Urbanismo à São Paulo au Brésil le temps d’une année où j’ai pu travailler, dans le contexte d’une grande métropole sud-américaine, sur la qualification d’espaces publics à une échelle opérationnelle en relation avec la municipalité, ainsi que sur la question de la mutation urbaine de grandes emprises industrielles.
C’est dans la perspective des ces différentes expériences que j’ai souhaité intégrer le cycle d’urbanisme, qui est pour moi une étape importante d’apprentissage et de professionnalisation, tant au travers de l’acquisition de connaissances complémentaires à ma formation initiale que pour la pratique collective et pluridisciplinaire qui y est développée".

     
page pdf   Imprimer en PDF